Les lavoirs de Lourdes
Accueil. Revenir à la page "Lavoirs des Hautes-Pyrénées".

Les lavoirs de Lourdes

N’hésitez pas à nous faire part de vos connaissances sur les lavoirs de Lourdes, peut-être reste-t-il quelque part un ancien lavoir privé ? Merci de nous aider.

Il y avait peu de lavoirs à Lourdes. Une des explications nous est fournie par les photos anciennes nous montrant des lavandières lavant leur linge au bord du Gave. Beaucoup le faisaient quai Saint-Jean et laissaient sécher le linge dans les alentours.

Peu (ou pas) de traces d’anciens lavoirs à Lourdes. M. Jean Omnès nous signale que l’ancien lavoir communal était situé dans le quartier du Lapacca. Nous pouvons vous proposer quelques rares images :

Sur la photo ci-dessus, les impressionnants tas de linges nous laissent penser que ces dames étaient peut-être employées dans des hôtels.

Revenir à la page "Lavoirs des Hautes-Pyrénées".

Lithographie du comte Henri de Gourcy, entre 1872 et 1880. Au premier plan, le pont des Arrious sur le Lapacca, aujourd’hui au centre de la place Jeanne d’Arc. Le lavoir communal est indiqué par une flèche blanche. Cette gravure, trouvée chez un antiquaire à Paris, a été offerte par Jean Omnès au Musée pyrénéen de Lourdes. On y remarque une basilique très blanche au milieu d’un cadre qui semble médiéval. Précisons que la basilique vient d’être achevée et est toute neuve.

Prise à peu près du même endroit, voici une ancienne photographie du lavoir.

Enfin, sachez qu’on peut voir une reconstitution de l’ancien lavoir communal au musée du « Petit Lourdes ».

Photographie de chèvres devant le lavoir (flèche), près du pont des Arrious.

Patrimoines du Pays des vallées des Gaves..

Vous pouvez trouver de nombreux renseignements sur les lavoirs de Lourdes (mais aussi les fontaines, etc...) sur l’excellent site ci-dessous :

Quartier de la Coustète avec lavoir sur le Lapacca.

Il y avait aussi un lavoir sur la Merlasse (au fond la passerelle).

Le séchage du linge pour les hôtels :

Quartier de La Ribère

Le lavoir et le pont par Provost père & fils, photographes à Toulouse. Cliché vers 1875.